0800 000 410 Appel gratuit depuis un poste fixe
DIAGNOSTIC

Isolation de combles : les solutions

Dans une maison, l’isolation thermique est un point essentiel. Il est donc important de bien l’étudier car les choix que vous ferez auront des conséquences à long terme.

L’aménagement de vos combles en fermettes ou votre surélévation vont être l’occasion de repenser l’isolation de votre maison. Rapidement, vous ferez des économies sur votre facture d’énergie.

Repenser son isolation de combles : un investissement rentable

En effet, vos choix d’aujourd’hui vont impacter vos finances de demain, et ce pendant plusieurs années. Un investissement dans une isolation performante sera très vite rentable. De plus, cela aura un impact positif sur le diagnostic de performance énergétique (DPE) de votre maison, obligatoire dans le cadre de sa revente ou de sa mise en location.

Et d’un point de vue plus global, nous savons tous que le respect de la planète et la préservation de l’environnement pour les générations futures ne peuvent plus être négligés. Or pour produire moins de CO2 et moins de gaz à effet de serre, il suffit de consommer moins d’énergie. Pour mémoire, 45% de la consommation d’énergie provient du secteur du bâtiment. N’oublions jamais que l’énergie la moins chère et la plus vertueuse est celle… que l’on ne consomme pas !

Les isolants thermiques

Il existe 5 familles d’isolants thermiques : minéraux, biosourcés, mousse polyuréthane, isolants minces, recyclés. Le choix de l’isolant doit se faire dans le respect de la réglementation thermique applicable à votre maison. En comble, il s’agit de la Réglementation Thermique par Elément dite RT2018. En surélévation, ce sera la Réglementation Thermique 2012 dite RT2012.

Les techniciens-conseils Combles d’en France vous apporteront leur expérience. Ils vous conseilleront sur les meilleures solutions en fonction de vos objectifs, de votre maison et de votre région.

Comment choisir son isolant ?

Avec le réchauffement constaté, il devient important de choisir un isolant efficace l’hiver mais aussi efficace l’été. L’hiver, les calories ne sortiront pas de la maison, il n’y ainsi pas de déperdition de chaleur. L’été, les calories extérieures n’y entreront pas ! Mais aussi, cela signifie que la chaudière en hiver et le climatiseur en été fonctionneront moins, avec les conséquences que cela peut avoir sur la consommation d’énergie et sur la facture énergétique.

Combles et surélévations n’offrent pas les mêmes possibilités d’isolation. Les surélévations permettent de mettre en œuvre des isolants intérieurs et/ou extérieurs. Une laine de bois permettra d’être recouverte d’un système d’enduit extérieur par exemple. En aménagement de comble, les travaux d’isolation seront presque toujours par l’intérieur. Avec en prime la contrainte d’isoler les rampants de toiture pour éviter tout pont thermique, dont l’inclinaison rend la mise en œuvre plus complexe.

L’isolation pour l’hiver

Mis à part les systèmes minces, les performances isolantes l’hiver du système seront évaluées en fonction de deux critères : l’épaisseur du système et la conductivité thermique du produit.

L’épaisseur de l’isolant

Concernant l’épaisseur, plus il y a de matière, plus l’isolant sera efficace. Une épaisseur de 220 mm sera préférable à une épaisseur de 200 mm du même produit.

La conductivité de l’isolant

Concernant la conductivité, c’est l’inverse : plus la conductivité est importante, plus le transfert de chaleur se fait, et donc moins le produit est isolant. Un produit conducteur de chaleur transporte la chaleur à travers son épaisseur : c’est exactement ce que l’on ne veut pas que fasse notre isolant. On souhaite qu’il conserve l’hiver la chaleur à l’intérieur. La conductivité est symbolisée par le lambda du produit. Plus le lambda est grand moins le produit est isolant. A contrario, plus le lambda est petit, plus le matériau est isolant.

En conclusion, un produit est isolant si son épaisseur est importante et si sa conductivité est faible. Dans ce cas, on dit que son R (sa résistance thermique) est bon si cette valeur est au moins de 6.

L’isolation pour l’été

Pour la chaleur d’été, c’est – presque – la même chose. L’épaisseur joue en faveur de l’isolation d’été. Par contre, c’est la diffusivité thermique qui est l’autre critère. La diffusivité caractérise la capacité d’un matériau à être traversé par la chaleur et à la stocker.

En fonction de ses caractéristiques propres, on dira de ce matériau que son déphasage est bon ou pas. Le déphasage est la durée en temps qui s’écoule entre le pic de chaleur à l’extérieur de la maison (en général vers 14 ou 15 h) et le pic de chaleur à l’intérieur de la maison.

Si le déphasage est de 6 heures, alors il fera chaud à l’intérieur de la maison 6 heures après le pic extérieur, c’est-à-dire vers 20h ou 21h00. Il vaudra donc mieux un déphasage de 9 ou 10 heures pour que le pic intérieur arrive tard dans la nuit, à un moment où le refroidissement naturel sera à l’œuvre.

Enfin, votre chargé d’affaire vous guidera également sur les Certificats d’Economie d’Energie et le Crédit d’Impôt Transition Energétique liés à vos travaux et dont vous pouvez bénéficier dans le cadre d’un aménagement de comble (en surélévation, aucun dispositif n’existe car cette activité est considérée comme entrant dans le champ de la construction neuve).

Pour approfondir…

Charpentier vissant les Poutrespace au raidisseur central

Combles d’en France, 1er réseau de charpentiers

A la date de sa création, il répondait à une attente croissante des propriétaires de maison individuelles en fermettes industrielles qui voulaient aménager chez eux un étage en plus. Bien sur, il fallait un plancher très stable, aussi stable qu’un plancher béton, sans poteau au rez-de-chaussée et sans gêne pour la famille durant les travaux. C’est […]

Lire la suite…
Contactez Combles d’en France

Contact

Besoin d’un renseignement ? D’un devis ? Contactez-nous. Nous nous engageons à vous répondre en moins de 48 heures.

Lire la suite…
Etiquette « BBC »

Le développement durable

Nous avons connu la RT 2000 (Réglementation Thermique) puis la RT 2005. A partir du 01er Janvier 2013, nous connaîssons la RT 2012 qui définit les règles applicables aux logements neufs en matière d’isolation thermique. En parallèle, la NRT 2007 s’applique aux travaux d’entretien ou d’amélioration de l’existant. Au fil des années, les réglementations thermiques […]

Lire la suite…